Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Affinez votre recherche

Les fonctionnalités écologiques des marais littoraux du bassin d’Arcachon par analyse des communautés benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques

05/07/2012 - Etudes et suivis

Les communautés benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques des marais littoraux du bassin d’Arcachon sont encore méconnues. Hors, la connaissance de la composition et de la distribution de ces communautés au sein des marais littoraux est primordiale afin d’évaluer l’importance de ces habitats. Une étude réalisée par la mission de création du PNM Arcachon, appréhende les fonctionnalités écologiques assurées par les différents habitats d’un marais littoral via la caractérisation des peuplements benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques sur deux saisons.

Après un peu plus de 20 ans d’études sur les fonctionnalités écologiques des marais littoraux Européens, très peu d’informations sont disponibles sur les différences fonctionnelles entre les sous-habitats au sein des marais littoraux (Halpin, 2000 ; Teal, 1962). En effet, bien que certaines fonctions écologiques associées à l’habitat « marais littoral » commencent à être bien connues, comme celles d’ « outwelling » (Odum, 1980; Teal, 1962; Winter et al., 1996), de nourricerie (Cabral & Costa, 2001; Cattrijsse et al., 1997; Kneib, 1997a; Laffaille et al., 2000; Minello et al., 2003) ou de refuge (Boesch & Turner, 1984; Halpin, 2000), les sous-habitats assurant ces fonctions sont encore inconnus.

De par toutes ces observations, une première étude a été lancée en 2011 dans le cadre d’un stage de M2 (multi-partenariat ONCFS, AAMP, Irstea/CEMAGREF, UMR EPOC UB1) au sein du marais littoral de la RNN des prés salés d’Arès et de Lège. Les objectifs de cette étude étaient :

  1. de caractériser les peuplements benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques de différents habitats présents au sein de la réserve naturelle,
  2. d’évaluer les fonctions assurées par les différents habitats vis-à-vis de ces peuplements et
  3. de tester la stratégie d’échantillonnage mise en place dans cette étude afin de proposer une stratégie réplicable standardisée pour le suivi à long terme de ces peuplements.

 

Quatre principaux habitats ont été étudiés : un chenal d’arrivée d’eau douce, un lac de tonne, les chenaux du schorre (un chenal principal et un chenal secondaire) et la slikke. Deux campagnes d’échantillonnage ont été effectuées afin de tester une éventuelle variabilité spatio-temporelle des peuplements biologiques et des fonctions écologiques (printemps et été). Deux protocoles distincts ont été mis en place : un pour l’échantillonnage de la faune benthique et un pour l’échantillonnage de la faune supra benthique et de l’ichtyofaune. Afin de caractériser la macrofaune benthique, quatre prélèvements (réplicats) ont été effectués dans chaque habitat à l’aide d’un carottier. Les échantillons ont été tamisés sur place et stockés dans des flacons plastiques contenant du formol et du rose Bengale. La faune supra-benthique et l’ichtyofaune ont été échantillonnés à l’aide de verveux, tramails et nasses, déposés pour un cycle de marée complet (± 12H).

Trente-huit taxons (13813 individus) ont été analysés. Les groupes zoologiques les plus représentés étant les crustacés (15 taxons) et les annélides (9 taxons). A partir de la composition et la distribution des communautés benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques, des hypothèses ont pu être formulées quant aux rôles des habitats étudiés vis-à-vis de ces communautés. L’habitat « marais littoral » joue un rôle de nourricerie pour les juvéniles de bar franc (D. labrax) en été. Les chenaux et lacs de tonne peuvent assurer les fonctions de résidence et de refuge pour le gobie commun (P. microps) et la crevette des marais (P. varians). Le chenal d’arrivée d’eau douce (canal des étangs) est potentiellement responsable d’une importante part de la fonction de nourricerie pour les juvéniles de bar franc en été. Au printemps, cet habitat est un couloir de migration pour l’anguille commune (A. anguilla), espèce en danger critique d’extinction. La vasière assure probablement l’alimentation des mulets porcs (L. ramada) au printemps et des gobies communs (P. microps) au printemps comme en été. Cette première approche a permis de formuler des hypothèses sur les variations spatiotemporelles des fonctionnalités d’un marais littoral. Bien évidemment, ces hypothèses se doivent d’être vérifiées et certaines interrogations persistent :

  • Quelle est la durée de chacune des fonctions écologiques mises en évidence ?
  • Les hypothèses formulées sont elles vérifiables ?
  • Les autres marais littoraux du Bassin d’Arcachon assurent-ils les mêmes fonctions écologiques? Quel est le rôle de nourricerie qu’endosse le bassin d’Arcachon vis-à-vis des juvéniles de poissons, notamment vis-à-vis d’une ressource exploitée comme le bar franc ?

 

Ces interrogations nous ont amené à continuer cette étude en 2012, sur un cycle annuel complet et 2 marais littoraux : celui de la RNN des prés salés d’Arès et de Lège Cap Ferret et celui de l’ile aux oiseaux (multi-partenariat AAMP, ONCFS, Irstea/CEMAGREF, UMR EPOC UB1, Adera, Commune de la teste de Buch, SEPANSO et Agence de l’Eau). Une stratégie d’échantillonnage réplicable et standardisée étant utilisée, les résultats obtenus dans cette étude en termes de composition et distribution de ces peuplements pourront donc représenter un premier état des lieux des peuplements benthiques, supra-benthiques et ichtyologiques ; état des lieux indispensable pour le suivi à long terme de la qualité et de l’évolution des marais littoraux du bassin d’Arcachon. L’échantillonnage sur un cycle annuel complet permettra d’estimer la durée des fonctions écologiques qui seront mises en évidence pour chaque marais littoral. Cette étude a également pour but de vérifier les hypothèses formulées l’année dernière via une analyse des contenus stomacaux de l’ichtyofaune des marais littoraux.

 

 

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport complet, contenant les références bibliographiques citées ici:

Première approche spatio-temporelle de la biodiversité aquatique d’un marais littoral (2011)

 

 

Auteur : Sylvain Brun.

Mots-clés associés : Invertébrés Poissons Benthos Etat des lieux

Retour aux actualités